Papier sur Kurt Cobain paru dans le ELLE en 2015


Kurt Cobain était-il féministe ? 

On pense lui devoir l'incessant retour de la chemise en flanelles à carreaux et du jean neige troué, mais l'héritage de l'idole de la génération X dépasse la mode grunge. Génie torturé fauché bien trop vite, il cachait derrière sa colère rock et ses yeux bleus tristes, une grande sensibilité et un engagement féministe vibrant. Un documentaire intime et définitif rend hommage à ce héros malgré lui.

Les yeux cernés de khôl : Il n'avait d'yeux que pour sa femme, la warrior Courtney Love. Quand il la rencontre pour la première fois en 1990, lors d'un concert à Olympia, Washington, elle est forte en gueule, violente (elle n'hésite pas à le frapper et l'insulter), et fait deux têtes de plus que lui, mais ça ne l'effraie pas. Contrairement à d'autres figures du rock virils, il ne prend pas la fuite, mais tombe amoureux.

Le tee shirt blanc normcore avant l'heure : Cobain était un homme simple. Enfant mal aimé, ballotté de parents en parents, il se sentait toujours du côté des opprimés, se battait pour caster de vrais gens dans ses vidéos (et non des mannequins), chantait pour des tubes pour les geeks, les nerds, les révoltés, les minorités, tous les oubliés de la bannière étoilée ainsi que le second sexe. Son groupe, Nirvana, a notamment écrit une chanteuse anti-viol, « Rape Me ».

Les cheveux longs décolorés : Cobain aimait jouer avec les codes. En portant le cheveu long, il disait vouloir être le plus féminin possible. Il ajoutant dans son journal intime, afin de mieux brouiller les pistes et les stéréotypes : « Je ne suis pas gay, même si j'aimerais bien, juste pour faire chier les homophobes. »

La robe à fleurs : Kurt aimait porter des robes sur scène, se peindre les ongles, se maquiller, et disait vouloir rejoindre le groupe de sa femme, Hole, comme simple guitariste. Figure christique, angélique et délicate, il bousculait les notions de genre en mélangeant paroles et riffs au vitriol à une sensibilité poétique très féminine, notamment lorsqu'il évoquait avec douceur sa fille, Frances Bean.

Documentaire : Montage Of Heck de Brett Morgen, diffusé dans les cinémas français le 4 mai, séance unique, et sur HBO.


Commentaires

Articles les plus consultés