Muse : Lisa Marie Smith Burton

Lisa Marie a d'abord été la petite fille renfermée de l'école catholique du New Jersey, élevée par sa grand mère, qui meurt quand elle a 5 ans. Avec sa beauté hors norme, ses yeux qui peuvent ne pas ciller pendant plusieurs minutes (c'est elle la fille qui fixait de "la triste fin de  l'enfant huître", livre qui lui est dédié) c'est très vite une personne à part, renfermée, marginale, comme le sont tous les personnages de Burton. Une freak en inadéquation totale avec le monde dans lequel elle évolue mais dotée d'une beauté ravageuse.

Danseuse professionnelle, guitariste, actrice, et même chanteuse (pour  un duo avec Malcom Mclaren), la jeune femme se cherche. Elle joue les mannequins pour Marc Jacobs, Jeremy Scott, Calvin Klein et Robert Mapplethorpe et on l'a vue dans le Alice de Woody Allen. Elle a décidé de tenter sa chance à New York City à 15 ans, et pour le moment, elle n'a pas trouvé le rôle de la consécration. Ado, Lisa Marie c'est un peu la Lydia très gothique de Beetlejuice. Et c'est sûrement ça qui va faire flasher Tim. Lorsque la jeune femme rencontre le cinéaste à une fête mondaine lors du nouvel an 1991, c'est le coup de foudre.
(la vraie Vampira)
Ses rôles importants, Lisa les devra à son compagnon. Elle campe ainsi la prêtresse des films d'horreur, Vampira, dans Ed Wood, allant jusqu'à rechercher et rencontrer Maila Nurmi (la Vampira réelle) pour travailler son rôle...
Elle est une inoubliable séductrice martienne muette à la démarche étrange dans Mars Attacks. C'est aussi la mère d'Ichabod Crane dans Sleepy Hollow, une sorcière torturée, sacrifiée sur l'autel de la folie des hommes. Des rôles toujours à la frontière entre le rêve et la réalité qui conviennent parfaitement  à Lisa Marie dont la beauté lunaire et mystérieuse rappelle les égéries des films de la Hammer, et celle des actrices de Jess Franco.
Dans La Planète des Singes, elle parvient à rendre sexy le rôle de Nova, une guenon. Mais lors du tournage, en 2001, Tim Burton lui préfère Helena Bonham Carter. Le plus triste dans la séparation du couple c'est qu'on ne verra plus l'ex muse de Tim dans l'univers burtonien, qui lui allait pourtant comme un gant.
Tim a cessé les relations professionnelles avec celle qui partagea sa vie pendant plus de 10 ans. Tous les rôles que Burton lui a fait joué ont nécessité des heures de maquillage (7 heures par jour, pour Mars Attacks), de travail, Lisa Marie est allé très loin, par amour, elle est devenue le rêve et le cauchemar de Tim Burton, se pliant à toutes se volontés artistiques. Et  aujourd'hui Lisa Marie peine à sortir du film de son créateur pour mener sa propre vie....






















Commentaires

Articles les plus consultés