Kenneth Anger - papier publié dans le Bonbon Nuit numéro 31



Kenneth Anger
Hollywood aigre

Texte : Violaine Schütz


Kenneth Anger, acteur et surtout réalisateur américain californien culte, est connu pour ses courts métrages mythiques (plus de 40) réalisés dès la fin des années 30 et mêlant surréalisme, occultisme, érotisme et esthétique homo. Mais avant de passer derrière la caméra, ayant cruellement besoin d'argent, le cinéaste trash écrivit un livre, « Hollywood Babylone », dans lequel il révèle les ragots d'Holllywood dont il avait eu vent. Ce livre sur l'envers du décor, adulé, rare et précieux est aujourd'hui publié dans son intégralité pour la première fois chez Tristram. Vitriol et strass n'ont jamais fait aussi bon ménage.
C'est une nouvelle inestimable pour les cinéphiles et les amateurs de potins sordides. Publié sous forme d’extraits chez Jean-Jacques Pauvert en 1959, puis sous sa forme définitive aux USA en 1965 et en 1975, Hollywood Babylone de Kenneth Anger vient enfin de paraître dans sa totalité chez Tristram, éditeur français spécialisé dans la contre culture de qualité (Patti Smith et Lester Bangs ont publié chez eux). On ne pouvait jusque là lire la chose en entier qu'en anglais et on se la refilait comme un trésor. La rumeur veut que les faits relatés par Anger ne soient pas tous d'une immanquable véracité, mais la force des histoires (racoleuses à souhait) et de l'écriture (fluide et drolatique) valent une lecture quasi religieuse de cette Babylone déconstruite. Car personne mieux que ce cinéaste déclaré culte par l'underground (« Scorpio Rising » et « Puce Moment » sont très souvent cités par les artistes branchés), n'a su saisir la face cachée et très sombre d’Hollywood. Derrière les sourires de papiers glacés et les robes qui brillent, Kenneth craquelle le vernis des légendes de la « cité des rêves » qui serait en fait plutôt celle du cauchemar. On croise des stars du muet puis des années 50 prises dans des scandales en tous genres : drogues, suicides, assassinats, meurtres étranges, incestes, abus sexuels, mais aussi des maîtres chanteurs, des flics corrompus, des ligues de vertus prêtes à tout, des politiciens véreux et des studios tous puissants pour étouffer les dérapages. Dans un texte vif illustré par de magnifiques photos noires et blancs de célébrités tirées de la collection personnelle d'Anger, l'auteur n'épargne personne (la légende veut que Montgomery Clift aurait demandé à l'un de ses avocats pour que soit retiré de la version finale une allusion à la taille de son pénis) et révèle de nombreux scoops croustillants comme le goût de Chaplin pour les jeunes filles en fleur. Fatty Arbuckle, Frances Farmer (l'héroïne de Courtney Love), Rudolph Valentino, Gloria Swanson, Clara Bow, Jean Harlow, Robert Mitchum, William Desmond Taylor, Lana Turner, Jayne Mansfield, Charles Chaplin, Errol Flynn, Erich Von Stroheim, Lupe Vélez, ont toutes eu des vies tragiques et brisées en plein vol par la machine hollywoodienne. Ces demi-dieux décrits par Anger sont sous sa plume, des simples mortels pris dans les feux de la rampe, qui se brûlent les ailes avant d'avoir pu atteindre le ciel étoilé de la ville aux lettres néon. A la manière d'un Voici ou d'un Closer croisé avec « La Societé du Spectacle » de Guy Debord, Anger fait voir à travers ces gossips le déclin d'un empire qui mène au vide actuel. L’évolution historique d’Hollywood, des temps festifs (fêtes orgiaques) à la crise de la fin de l’âge d’or au cours des années 1950 jusqu'à la chute des années 1960 (conclusion du livre) apparaît telle une illumination éclairant encore beaucoup le cinéma américain et la presse à scandale d'aujourd'hui. La bible des « gossip girls » et boys.


Hollywood Babylone, Kenneth Anger, Tristram souple, 11.95 €

tiré de : http://issuu.com/lebonbonnuit/docs/lebonbonnuit31


Commentaires

Articles les plus consultés