(Archives) Interview de Karl Lagerfeld (publiée dans Trax en 2006)


KARL LAGERFELD
En mode clubbing

Texte : Violaine Schütz

Karl Lagerfeld….On pensait qu’on n’avait plus à présenter l’homme. Pourtant, après avoir, il y a 2 ans, immortalisé Gonzales pour une couv Trax, il nous surprend encore. En sortant une double compilation de ses chansons fétiches, qui pourrait bien faire de l’ombre à toutes les Kitsuné et Colette de notre étagère « bon son-bon ton »…

Oui, Karl, le vrai, l’immense, l’unique, celui qui signe les collections Chanel depuis des lustres et traine sa silhouette dans tous les endroits qui comptent, ici, et maintenant, dans le club, avec nous ! Surprenant ? Oui et non. Car le styliste est loin de n’être qu’une silhouette blanche et noire un peu hiératique. Karl est un curieux. Passionné de photo, il a shooté Miss Kittin à ses débuts et ouvert une maison d’édition (7L, responsable de la sortie des bouquins d’Hedi Slimane), c’est aussi un critique d’architecture et un caricaturiste hors paire. Mais surtout, et c’est pour ça qu’on le prendrait bien comme pote, le Karl est un fin connaisseur en matière de son (diurne et nocturne). On vous laisse en juger par vous-même, en jetant une oreille sur sa compil : Matmos, The Fall, Lindstrom, Mayer, LCD…On jurerait le tracklisting d’un sampler Trax là, non ?

Votre premier souvenir de soirée ?
Quand j’allais encore à l’école, dans une boite qui s’appelait l’Eléphant Blanc, rue Vavin.

Votre meilleur souvenir de night-club ?
Le Sept, (un restaurant, avec boîte au sous-sol, ouvert en 68, et connu pour ses soirées soul dévergondées, ndr) car il y avait une animation qui s’est un peu perdue à Paris depuis. Le Palace, c’était autre chose.

Votre pire souvenir de club ?
Je n’ai pas de mauvais souvenir car je suis toujours parti avant…(bon plan, on note ! ndr)
Votre club préféré ?
La Esquina et le Bungalow 8 à New York parce que c’est plus vivant qu’à Paris. A part le Baron, le Paris Paris et le VIP Room. (Allez, on est gentils, on vous donne les adresses new-yorkaises. Pour aller guincher avec de la top model, c’est pas ici que ça se passe : La Esquina, 106 Kenmare Street, et le Bungalow 8, 515 West 27t h Street entre la 10th et la 11th Ave, ndr)

La meilleure musique pour faire la fête ?
La musique latine qui est pour moi la plus euphorisante : une drogue à elle seule !

Le dernier album qui vous a séduit ?
Devendra Banhart. Il amène quelque chose de nouveau. J’adore sa voix et son look.
Une musique pour travailler ?
On peut travailler en écoutant de la musique mais pendant les essayages, il faut se concentrer. Par contre, je dessine en écoutant Devendra (c’est une obsession, mon cher Karl ?).
Premier disque acheté ?
« La vie en rose » par Jacqueline François et « la mer » de Charles Trenet, mais j’avais une excuse : j’avais 12 ans !
Vos DJ’s préférés ?
Michel Gaubert (illustrateur sonore qui signe les bande son des défilés Chanel, Balenciaga, etc, ndr) et Charles Schillings (DJ house qui lui aussi s’occupe du son des défilés, ndr).

Ce qui vous donne envie de faire la fête ?
Les circonstances, les gens et les lieux.

Votre boisson favorite ?
Pepsi Max : avec lui, pas de gueule de bois !

La chose plus folle faite dans un club ?
La soirée « Moratoire Noir » à la Main Bleue à Montreuil en 1977. No details ! (Bon, Karl refuse d’en dire plus, mais on vous signalera tout de même que cette soirée, organisée en l’honneur de Lagerfeld lui-même avait fait scandale en raison d'un spectacle de fist fucking! ndr)

Les Musiques que j’aime (Universal/ULM)
www.karllagerfeld.com/

Commentaires

Articles les plus consultés