Martin Dupont pour le hors-série de Tsugi sur les disques méconnus

Martin Dupont 
 
Just Because (Facteurs d'ambiance en 1984 - Réedité en 2009 par Infrastition)

Dans le sud de la France, déterminisme climatique oblige, on a toujours préféré les tongs et les shorts aux gabardines et aux blousons noirs. Le trio dark Martin Dupont en fera les frais et passera les années 80 dans un anonymat frisant le scandale. Dans l'indifférence médiatique la plus totale, ces Taxi Girl marseillais ont pourtant été -malgré leur nom commun formé des patronymes des plus répandus- l'un des groupes les plus atypiques et faramineux de la scène minimale synth-wave des années 80 au même titre que Polyphonic Size et Kas Product. Formés à Marseille en 1981 par Alain Seghir (devenu depuis chirurgien), Brigitte Balian, et Catherine Loy (remplacée par la suite par Beverley Jane Crew), ils sortiront trois albums dont ce Just Because, adulé par quelques initiés et élevé au statut de culte par les quelques forums cold-wave encore vivant sur la toile. Minimale, synthétique, étrange, sombre et en même temps amusante -ils utilisaient notamment une clarinette), la new-wave de Martin Dupont mêle voix masculine d'outre-tombe à des voix féminines alternant schizophréniquement entre les feulements gothiques et les cris punk cartoonesques. Ouvrant pour Siouxsie & the Banshees dans le Sud, les Martin Dupont avaient le charme vénéneux de la harpie britannique, mais aussi l'humour et les rythmiques caoutchouteuses d'un Devo ou d'un Sparks. Texte absurdes, nappes robototiques, mélodies multipliant contorsions et contres-pieds, la musique de Martin Dupont sonne encore aujourd'hui -encore- d'une grande inventivité (on pense parfois aux délires pop de Metronomy et Late Of the Pier). Introuvables jusqu'à l'an dernier, le petit label français Infrastition a édité un beau coffret (noir, bien sûr) regroupant les trois albums du groupe, ainsi qu'un un cd d'inédits enregistrés entre 81 et 87, accompagnés d’un Tshirt et d’un livret. On devrait décerner des médailles pour ce genre de choses.

Violaine Schütz

Commentaires

Articles les plus consultés