Une soirée chez McDo (publié en 2006 dans Trax)

Texte : Violaine Schütz

McDonald’s
Before Clubbing


Placardée sur les vitrines du McDonald’s, l’affiche nous avait tapé dans l’œil : on y voyait un homme et une femme, morts de rire (c’est la règle au McDo, tout le monde doit se marrer gorge déployée, de l’employé à Ronald le Clown en plastique), perruques blondes fluo et dents blanches, derrière cette inscription : « Before Clubbing - Ambiance Musicale Lounge (19h) & Club (22h) - les vendredis et samedis. » Intriguée, on propose à notre aventureux rédac chef d’enquêter. Après la malbouffe, la chaîne de junk-food donnerait-elle dans la « malsique »? Est-ce qu’il y en a qui dansent, frites à la main ? Les DJ’s vont-ils tous finir obèses ?

Avant de sortir en club, c’est bien connu, on a besoin de forces. Or, rien de tel que se bourrer de graisses saturées pour tenir le coup toute une nuit durant. En ce sens, le Mcdo du métro Richelieu-Drouot a une place de choix : à deux pas du Pulp, du Rex Club, et du Triptyque. On se rend donc dans ce McDo un samedi soir, seul, avant de se rendre au dernier lieu cité. Première bonne surprise : le demi coûte 1,60 euros. Qui dit mieux ? Pour avoir écumé tous les bars des Grands Boulevards, ça ne fait pas un pli : il n’y a pas moins cher. D’ailleurs, à ce prix là ce sera deux pressions, garçon ! La fête n’en sera que plus folle. Il est 21h00, l’ « ambiance » est donc « Lounge » comme l’annonçait l’ affiche. Sauf que la « lounge » chez McDo, ça ne signifie pas down-tempo-guimauve de buddha bar pour trentenaires en bras de chemises. Ici, c’est « Unfinished Sympathy » de Massive Attack enchaîné avec « Precious » de Depeche Mode. Sobre mais efficace.

On va s’asseoir dans la salle du haut, qui ressemble à un magasin Habitat. On se planque et on observe. Des jeunes en bande dodelinent de la tête, mais personne n’est venu là pour le « before clubbing ». Même si les serveurs arborent des tee-shirts noirs avec des inscriptions voyantes couleur argent « before clubbing », ils ne sont pas au courant. Il n’y a bien que l’homme de ménage qui nous avouera « cette musique m’aide à bosser, j’aime bien quand ça fait boum boum ». A 22h00, l’ambiance club démarre. Ca commence par Faithless avant de dérailler sur le « Love Generation » de Guetta. On croit qu’on ne va pas pouvoir rester. On redescend et décide de recommander quelque chose pour la route. Excellente nouvelle : après 22h00, les deux filets O’Fish sont à 4 euros. Voilà de quoi nous redonner le courage d’aller clubber. Car si Mr McDo n’est pas fort en électro, il assure drôlement niveau burger au poisson…

McDonald’s - 20 Bd. Montmartre, Paris – M° Richelieu-Drouot

Commentaires

Articles les plus consultés