Article sur Pj Harvey versus Anna Calvi pour Premiere.fr

*

Match :Anna Calvi versus Pj Harvey
La crème anglaise

Elles sont anglaises, chanteuses, intenses et électriques. Les deux sortent en même temps un disque, le premier pour l'une, le dernier d'une longue série pour l'autre. Anna Calvi et Polly Jean Harvey pourraient être sœurs, tant tout les rassemble. On les a mises face à face.

CV :
Anna : A 28 ans, la Londonienne Anna a déjà pas mal bourlingué. Elle a débuté le violon à 4 ans, et à la guitare classique à 9 avant de vouloir devenir peintre. Guitariste d'un groupe blues-rock obscur, elle s'est ensuite lancé en solo, tourné avec Grinderman, le groupe de Nick Cave, et c'est Rob Ellis, l’ancien batteur de Polly Jean, qui a produit son premier album enivrant et orageux.
PJ : C'est déjà une grande dame. Exilée dans le Dorset (la rase campagne anglaise), la belle a dix albums à son actif, a chanté en duo avec Björk (en live), Thom Yorke de Radiohead et Nick Cave. Elle compte à son actif des millions de jeunes filles en perfecto noir qui ont suivi sa voie.

Voix :
Anna : Magique, vénéneuse, sombre et un peu inquiétante, avec une tendance « drama queen hystérique » parfois.
PJ : Magnétique, sensuelle, caverneuse, théâtrale, avec un côté « veuve éplorée » de temps en temps.
Look :
Anna : Sur scène, la blonde tire ses cheveux en chignon strict façon petit rat de l'opéra, mais arbore des robes de flamenco folles et un maquillage exagéré qui laissent transparaitre le feu sous la glace.
PJ : Elle est passé par toutes les phases, du jean-blouson à la combi en latex rose en passant par les manteaux en fourrure de diva. Tout lui va, mais Polly-Jean se pare aujourd'hui d'une élégante sobriété. C'est un peu Lady Gaga.

Univers :
Anna : En octobre 2010, elle chantait Jezebel, reprise d'un titre interprété par Edith Piaf et ses premiers morceaux ressemblaient à du Johnny Cash. Ses influences? David Bowie, Scott Walker, Nina Simone, Ravel et Debussy. Anna n'est donc pas née de la dernière pluie. Sur son premier disque éponyme de rock-folk-mariachi, elle joue de façon tendue de la six cordes et chante des textes habités qui ne parlent presque que d'amour impossible. On pense souvent Patti Smith et à Chrissie Hynde, et bien sûr à la PJ Harvey du début des années 90, la plus à vif.

PJ : Sur son nouvel album, Let England Shake, elle parle des tourments de son pays, plutôt que de s'épancher une nouvelle fois sur ses peines de cœur. Enregistré dans une chapelle du XIXe siècle perchée en haut d'une falaise, ses nouvelles chansons pleines de chaos et d'atmosphères goth-new-wave bizarroïdes évoque les poètes romantiques et fantastiques d'un autre temps. Mais Polly reste une fille de son époque. Elle avoue en effet s'être inspiré pour cet album des conflits au Moyen-Orient et de chants traditionnels irakiens. La prêtresse du rock féminin UK semble toujours à la page.

Verdict : Si Anna affiche une belle fraîcheur et déjà beaucoup de densité pour sa vingtaine d'années, Pj demeure la reine pour exprimer les batailles externes comme internes. On garde les deux!

PJ Harvey - Let England Shake (AZ/Universal)
Anna Calvi - Anna Calvi (Domino)

Texte : Violaine Schütz

Commentaires

PHILGIDO a dit…
C'est bien dit, tout ça.... deux sacrées belles dames du rock, ça oui !!

Articles les plus consultés