Interview avec Gonzales (publiée dans le Bonbon Nuit 1 - septembre 2010)


Gonzales
Beau joueur

Propos recueillis par : Violaine Schütz / Photo : Alexandre Isard

Trublion et touche à tout, le Canadien Gonzales revient avec un (très beau) disque et un film comique surprenant, Ivory Tower dont il est le producteur et l'acteur. L'auteur-compositeur-interprète détenteur du record mondial du plus long concert qui vit aujourd'hui à Paris (Pigalle) répond à nos questions.

Comment est née l'idée d'Ivory Tower, le film?
Quand j'ai réalisé que le producteur allemand Boys Noize allait produire mon album, j'ai su que j'avais l'énergie pour faire quelque chose de beaucoup plus grand qu'un disque. Faire un film a été la chose la plus difficile de tout ce que j'avais fait avant, parce qu'il y a tellement d'argent, d'énergie et de gens à déplacer. Faire un deuxième film sera surement mon prochain challenge.

L'histoire parle de deux joueurs d'échec, je crois que tu y joues toi aussi, à quand remonte ta passion pour les échecs?
Depuis que j'ai vu mon oncle devenir obsédé par eux. La seule chose dont il se préoccupait c'était les échecs, et j'étais jaloux de cet engagement. Je prend des cours d'échec depuis des années. Ce qui me plait dedans, c'est le côté obsessionnel.

Au ce casting, on trouve Tiga, Peaches et Feist, pourquoi les avoir choisi plutôt que des acteurs professionnels?
Je voulais me sentir confortable et travaillais avec des personnes dont j'avais les preuves de la chimie qu'on pouvait avoir. C'était la même chose pour Adam Traynor, le réalisateur, qui fait partie des Puppetmastaz, et avec qui j'avais déjà bossé. Quant à la scénariste, Céline Sciamma, elle avait dirigé et écrit un superbe film, La Naissance des Pieuvres. Et on aime tous les comédies sportives!

Quelles sont tes références cinématographiques?
Rocky, 8 Mile, Blades of Glory.

Quels sont les points communs entre Hershall Graves, le personnage du film et toi?
Il est presque ce que je suis devenu – il y a peu de temps j'étais obsédé par le narcissisme de la pureté artistique – mais heureusement pour moi j'en suis sorti et je suis devenu un entertainer à la place.

Sur quoi travailles tu en ce moment?
Un disque de rap album produit par Boys Noize qui sortira au printemps.

Quelles sont les différences les plus stupéfiantes entre la France et le Canada?
L'approche française du capitalisme est un peu trop primitive par rapport à mes gouts. Si tu veux aller plus vite que tout le monde, tu devrais être en mesure de le faire, et c'estt plus difficile en France.

Quelles sont tes adresses préférées à Paris?
Le restaurant Thai House au 42 rue rodier et la station de métro pour prendre l'Eurostar.

Et tes Parisiens fétiches ?
Je les aime tous.

Commentaires

Articles les plus consultés